300 millions d’euros pour soutenir et augmenter les capacités de production françaises dans la lutte contre la COVID-19

COMMUNIQUE DE PRESSE – 8 février 2021

Suite au succès du premier Appel à manifestation d’intérêt (AMI), lancé le 18 juin 2020 et clôturé fin 2020, pour augmenter les capacités industrielles françaises en produits de santé destinés à lutter contre la COVID-19, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, annonce ce jour le lancement d’un nouvel AMI afin d’identifier et de financer des projets complémentaires. S’inscrivant dans la dynamique portée par le président de la République sur les vaccins, ces projets ont vocation à participer directement à la lutte contre l’épidémie de COVID-19 et ils assureront, à moyen et long termes, la résilience et le renforcement de l’industrie française de santé.

Ce nouvel appel à manifestation d’intérêt (AMI) sera doté de 300 millions d’euros minimum pour identifier les projets d’investissements qui permettront de développer la recherche et faire croître très rapidement la production de médicaments et de vaccins impliqués dans la prise en charge des patients atteints de la COVID19, ainsi que les projets industriels contribuant à la stratégie nationale de test et de vaccination. Comme dans le précédent appel à manifestation d’intérêt, l’analyse des projets est pilotée par le secrétariat général pour l’investissement et opérée par Bpifrance.

Cet AMI concerne : 

  • Les médicaments impliqués dans la prise en charge des patients COVID-19, qu’il s’agisse de produits de thérapies innovantes ou bien des produits matures, de leurs principes actifs ou des intermédiaires nécessaires à leur fabrication, s’il est démontré que ces dernières font peser un risque significatif sur la chaine d’approvisionnement.
  • Les vaccins anti SARS-COV-2, y compris les vaccins de nouvelles générations, multi-cibles, permettant une protection universelle et durables dans le temps, ainsi que les composants nécessaires aux opérations de conditionnement de ces vaccins et les consommables nécessaires aux techniques d’injection des doses.
  • Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro et outils impliqués dans les stratégies de dépistage et de diagnostic du SARS-COV-2, déployables en point-of-care ou en laboratoires, y compris les consommables plastiques, les réactifs, les robots et automates nécessaires à ces activités.
  • Les dispositifs médicaux impliqués dans la prise en charge des patients COVID-19, équipements et consommables inclus.

Toutes les informations sur le site du gouvernement. 

Contacts presse :

Cabinet d’Agnès Pannier-Runacher
presse@industrie.gouv.fr

Contact : Denis Marchand – denis.marchand@polepharma.c

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos collègues

Les commentaires sont fermés.