2 adhérents Polepharma parmi les lauréats de l’appel à projets « Nouveaux systèmes d’expressions » du Grand Défi Biomédicaments

Les projets de l’Université de Rouen et de l’Université d’Orléans, tous deux adhérents de Polepharma, font partie des projets financés par le Grand Défi Biomédicaments. 

COMMUNIQUE DE PRESSE – Paris le 16 juin 2021 

Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, Thomas Courbe, directeur général des entreprises, Jérôme Salomon, directeur général de la santé, Claire Giry, directrice générale de la recherche et de l’innovation et Emmanuel Dequier, directeur du Grand Défi « Biomédicaments : améliorer les rendements et maîtriser les coûts de production » présentent les six lauréats de l’appel à projets « Nouveaux systèmes d’expressions » doté de 6 900 000 € et mis en place dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir et du plan France Relance. Identifié comme enjeu stratégique pour le développement de notre système de santé par le Gouvernement, ce dispositif permet d’accompagner le développement de la production des biomédicaments.

Biomédicaments, des principes thérapeutiques en pleine expansion
 

L’essor de ces biothérapies a permis le développement de la médecine dite personnalisée en apportant des solutions thérapeutiques qui ont fait leur preuve dans de multiples indications (oncologie, immunologie, virologie, maladies rares…). Ces biomédicaments qui représentent 50% des essais cliniques en cours constituent souvent une opportunité décisive pour les patients. Aujourd’hui, la France ne produit sur son territoire qu’un vingtième des biomédicaments dont elle a besoin et les capacités de production mondiales ne permettront pas de répondre à la future demande. Le Grand Défi vient soutenir les innovations technologiques et biologiques qui permettront de produire plus, à un prix maîtrisé, tout en garantissant la sécurité des patients. Ce programme de soutien à l’innovation s’articule autour de trois axes :

  • le développement d’outils de pilotage des lignes de bioproduction,
  • la création de dispositifs robotiques innovants pour offrir plus de flexibilité et de sécurité dans les usines du futur
  • le développement des nouveaux systèmes biologiques qui permettront de produire les biomédicaments du futur.
L’appel à projet « Nouveaux Systèmes d’Expression », six consortia public-privé lauréats
 

Cet appel à projets vise à soutenir les projets de développement de nouveaux systèmes d’expression cellulaires ou a-cellulaires. La production des biomédicaments se fait aujourd’hui avec des systèmes cellulaires principalement issus d’organismes eucaryotes supérieurs (cellules d’insectes et cellules de mammifères). Les productions se font avec des lignées cellulaires et des milieux de cultures standards qui ont fait l’objet de procédures de caractérisations longues et coûteuses afin d’être qualifiées et autorisées en production pharmaceutique. Bien que les systèmes actuels fassent référence, la communauté scientifique s’accorde pour indiquer que les rendements de production de ces systèmes pourraient être améliorés afin de diminuer les coûts de production et de couvrir une demande plus large. À cette fin, plusieurs pistes sont explorées par les six porteurs de projets lauréats :

  • le développement de nouvelles lignées cellulaires utilisées pour la production, quelle que soit l’espèce d’origine,
  • le développement de nouveaux milieux de cultures, de nouvelles conditions de cultures afin d’entrainer une amélioration des rendements ou une diminution des coûts de ces milieux de cultures,
  • pour des productions de petites quantités de principes actifs, le développement de systèmes de production a-cellulaires (cell free) permettraient d’éliminer à la source les impuretés dues à la complexité de composition cellulaire (ADN, protéines des cellules hôtes..) associé et donc de diminuer les coûts de purification.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos collègues

Les commentaires sont fermés.